Rechercher
  • Grégory-Yves Sédat

Sur les prothèses de hanches


Il est important de demander à votre chirurgien de vous installer la meilleure prothèse de hanche possible

durée de vie, mobilité,matériaux utilisés, solidité des éléments très important !!


Les prothèses de hanche peuvent être totales ou partielles.

Les prothèses totales

La hanche est une articulation entre la tête du fémur (os de la cuisse) d'une part, qui est presque sphérique et une cavité creuse du bassin, le "cotyle" (os du bassin). Une prothèse est dite "totale" lorsque ces deux éléments sont remplacés par des pièces synthétiques. On remplace à la fois la partie fémorale (par une tige se terminant par une grosse bille) et la cavité du bassin (par une cupule). L'articulation entre ces deux pièces synthétiques reproduit l'articulation de la hanche, avec un frottement de surface lors de chaque mouvement. La nature chimique de même que le dessin de chacune de ces pièces peut varier d'un modèle à l'autre. La tige métallique fémorale en acier ou en titane peut être "monobloc" ou comporter une bille de nature différente du composant fémoral (alliage chrome-cobalt, céramique d'alumine, etc.), choisie pour ses propriétés (qualité du frottement, résistance à l'usure). Le cotyle est le plus souvent en polyéthylène (plastique de haute densité fabriqué spécialement pour cet usage), en acier, ou en céramique. Le mode de fixation des pièces dans l'os peut varier : - on peut fixer la prothèse avec un ciment spécial : ciment acrylique (polyméthacrylate de méthyle), jouant le rôle d'amortisseur et de répartition des contraintes mécaniques, on parle de prothèse cimentée ; - les prothèses non cimentées sont ancrées de façon biologique directement dans l'os (sans interposition de ciment). La prothèse tient grâce aux propriétés de surface des pièces, qui permettent une liaison intime entre l'os qui repousse et se lie solidement à leur contact. Les prothèses partielles

Les prothèses partielles de la hanche (encore nommées prothèses céphaliques) ne remplacent que la tête du fémur ; le cotyle n'est pas remplacé. Elles sont le plus souvent proposées à la suite d'une fracture de l'extrémité supérieure du fémur ; - elles peuvent être "monobloc", une bille d'acier de même diamètre que la tête du fémur est solidaire de la tige métallique implantée dans l'os du fémur ; - elles peuvent être "intermédiaires", c'est-à-dire constituées d'une tige et d'une bille fémorale (semblables aux pièces de prothèse totale), s'articulant avec une cupule sphérique en acier, mobile à la fois par rapport au cotyle (cavité du bassin) et par rapport à la bille fémorale (double jeu de mobilité).

Ces prothèses partielles de hanche mettent donc en contact un composant en acier (la prothèse) et le cartilage articulaire du bassin (cotyle). Cela expose parfois à une usure du cartilage du cotyle (théoriquement moins importante avec les prothèses "intermédiaires"), pouvant parfois entraîner des douleurs à la marche. Dans certains cas, il sera nécessaire de proposer une nouvelle opération afin de "totaliser" la prothèse pour soulager les douleurs.

47 vues

Posts récents

Voir tout

Sur la lombalgie chronique

La lombalgie chronique non spécifique est une pathologie multifactorielle, avec un impact important sur la qualité de vie. L’activité physique constitue un axe principal du traite- ment, pour améliore

  • b-facebook
  • b-googleplus